Scénographie



Exposition sensorielle

Une exposition a-t-elle une odeur ?

*Certaines fiches techniques ne sont disponibles que sur mot de passe. Contactez-nous pour plus d'informations.  

 

L'agence

L'actualité

Voir l'actualité du moment

Contacts

Laissez-nous un message

Polymorphe Design

166 rue du gros bois
69380 Chazay d'Azergues
Tél. 04 78 66 08 72

agence@polymorphe-design.fr

Vous êtes ici : accueil > Dispositifs tactiles au château de l'Empéri

Découvrez les autres réalisations Polymorphe Design

Dispositifs tactiles au château de l'Empéri.

La Provence - décembre 2011

Le musée de l'Empéri se dote de deux oeuvres tactiles Elles permettent au public non et malvoyant d'accéder à la culture. D'autres tableaux suivront.
Publié le lundi 19 décembre 2011 à 11H44

tableaux tactiles
Maud Dupuis (à g.), de Polymorphe design, a conçu les deux tableaux tactiles. Elle explique aux malvoyants sa démarche et les aident à comprendre sa transcription de l'oeuvre de Théodore Jourdan.

Quel lien existe-t-il entre "Bateau transatlantique débarquant des moutons", peint par Théodore Jourdan, et "Napoléon en tenue de sacre", un portrait exécuté par Louis Girodet ?

Ce sont les deux premières oeuvres tactiles dont vient de se doter le musée de l'Empéri. Un travail long de plusieurs mois, mené en collaboration avec l'association Valentin-Haüy, dont Denise Quéré est la représentante locale. Elles ont été inaugurées samedi après-midi. "Nous avons tenu à ce qu'un tableau de la collection Théodore-Jourdan et un de l'Empéri soient adaptés pour le public non et mal voyant", révèle Guy Bonvicini. En septembre, une première ébauche des deux oeuvres tactiles avait été testées et les remarques des trois déficients visuels ont permis d'obtenir un résultat époustouflant. Une dizaine de non et malvoyants sont présents pour ce rendez-vous culturel. "Ces deux premiers tableaux en appellent d'autres, certifie le maire, étonné par ces reproductions infidèles en relief. Ainsi vous regardez avec les doigts."

 

L'audiodescription, un atout

Les déficients visuels tâtent avec intérêt la transposition de l'immense tableau de Théodore Jourdan. "Sur deux tiers à droite, c'est une image assez fidèle de tableau, avec des reliefs pour les différents plans. Grâce aux différentes textures, vous reconnaissez facilement les moutons et les trous dans cette masse, ce sont leurs têtes", commente Maud Dupuis, de la société Polymorphe design, qui a créé les maquettes.

Pour autant, la reproduction n'est pas suffisante. "On a besoin d'une description orale pour bien comprendre, insiste Christian Lavegno, venu de Lançon, qui s'initiait aux tableaux tactiles. C'est difficile de représenter des oeuvres aussi compliquées."

Deux solutions s'offrent au public déficient visuel : une visite guidée avec un responsable du musée, en groupe, ou alors, l'audiodescription. Et là également le musée a pensé à tout. Un sac contenant un MP3 et deux casques est en libre-service à l'accueil. L'objet s'attache facilement au poignet. Il contient une foule de détails sur les deux oeuvres et des généralités sur le musée. Pascal Lacroix, comédien, a prêté sa voix aux explications. "C'est merveilleux de pouvoir innover et permettre à tous d'accéder à l'art. Vous allez enfin pouvoir découvrir ces deux magnifiques tableaux."

L'audiodescription est un véritable atout qui accorde plus d'autonomie aux déficients visuels. "C'est important pour moi car je peux désormais discuter avec ma fille, se réjouit Christian. Avant, elle me décrivait les tableaux. Grâce à ce système, je peux à mon tour lui faire découvrir des détails. Par exemple, sur le tableau de Napoléon, l'audioguide m'a indiqué l'aigle au sommet du sceptre et j'ai pu lui dire de le regarder !"

La démarche sur le portrait de l'empereur est différente. Le tableau est reproduit au centre et sur les côtés quatre objets entourant Napoléon sont mis en valeur : le code civil, l'aigle impériale, l'étoile de la légion d'honneur et la couronne de laurier. Leur symbolique est résumée en braille et expliquée dans l'audiodescription. Seul bémol : l'oeuvre tactile n'a pu être placée à côté du tableau original en raison de l'étroitesse de la pièce dans laquelle il se trouve. Mais l'avancée est déjà si conséquente que personne n'oserait s'en plaindre.

ABARTHÉLÉMy
Retrouver l'article origianl sur le site de la Provence


Retour en haut de page

 

La Provence - septembre 2011

Deux tableaux vont devenir "visibles" pour les mal-voyants. Le musée de l'Empéri proposera en décembre cette nouveauté en direction de ce public.
Publié le vendredi 16 septembre 2011 à 11H45.

travail de représentation en relief et en volume

Les trois testeurs ont approuvé le travail de représentation en relief et en volume, qui les aident à reconstituer le tableau. (Photos A.BY.)

Comment aider les déficients visuels à accéder à l'art? Une question complexe, dont la résolution avance chaque jour.L'antenne salonaise de l'association Valentin-Haüy oeuvre depuis quelques mois en ce sens. Ces membres, mal ou non-voyants, avaient déjà découvert la collection Théodore-Jourdan, en octobre dernier.

Jean-Louis Riccioli, conservateur du musée de l'Empéri, avait alors adapté la visite pour ces hôtes peu communs et leur permettre d'apprécier à leur manière les tableaux. Le musée va encore plus loin.

La semaine dernière, trois mal-voyants sont venus "tester" le projet mené par l'Empéri: Denise, Annie et Christophe, qui s'initiait pour la première fois aux tableaux tactiles. Deux oeuvres, une de la collection Théodore-Jourdan et une de l'Empéri ont été sélectionnées.

"Le portrait de Napoléon est emblématique, le seul aussi grand au château, justifie Guy Bonvicini, historien de Salon. Quand à celui du débarquement des moutons, c'est le seul représentant le port et dont l'aspect historique est clair."

La toile monumentale de Jourdan a particulièrement inspiré Maud Dupuis, de Polymorphe Design (Rhône). L'entreprise est spécialisée dans la reconstruction de tableaux pour des publics comme les aveugles.

"J'ai représenté la scène en perspective et ajouté une maquette, en volume", explique-t-elle à ses trois testeurs. Ils promènent leurs mains sur la planche. "Mais il est énorme ce bateau! constatent-ils. En tactile, on sent bien la différence entre les éléments: le bateau, le quai, les personnages et même les moutons."

Le plus intéressant pour eux sera le moment où les deux représentations seront touchées en même temps, avec Maud Dupuis pour guide. "Ici, vous sentez les deux moutons de tête, grâce à leurs pattes et sur la maquette, ce sont les deux points tout doux."

La maquette sera corrigée et la représentation en perspective complétée: "je pensais à de la résine pour symboliser les yeux, mais aussi les chapeaux, qui sont très importants puisqu'ils indiquent le métier des personnages. Des textiles, comme de la toile de jute, seront ajoutés."

Denise, Annie et Christophe choisissent la texture qui recouvrira les moutons. Le second tableau se révèle plus problématique. L'objectif est de faire découvrir les symboles de l'Empire. Le tableau est reproduit au centre de la planche et quatre objets seront mis en valeur à côté. Or Napoléon est entouré de nombreux symboles et Maud Dupuis ne sait comment les hiérarchiser. Jean-Louis Riccioli apporte son éclairage. "Le code civil est essentiel, c'est le second personnage du tableau. Et il est rare que l'Empereur soit représenté avec." Elle n'y avait pas pensé et imagine immédiatement un livre de cuir relié pour l'aspect tactile de ce symbole.

"Les autres signes importants sont la couronne de laurier, puis le spectre avec l'aigle impériale et enfin l'étoile de la légion d'honneur", analyse le conservateur. Ces quatre là seront donc représentés, en volume, et racontés sur le panneau.

"Cela change toute ma vision, annonce Maud Dupuis. Le tableau sera reproduit dans une résine spéciale dans laquelle les objets seront découpés. Pour Napoléon, je voyais plus le drapé du tissu, mais finalement, ce sont les broderies qui sont plus importantes. Je vais pouvoir avancer."

Tout ce petit monde se retrouvera en novembre pour valider les dernières transformations. "La livraison pourra ainsi se faire à la mi-décembre." Un projet d'envergure, qui au final devrait séduire autant le public mal ou non-voyant que les visiteurs ordinaires.

Amandine BARTHÉLÉMy
Retrouver l'article origianl sur le site de la Provence

 


Retour en haut de page

Restez informés !

Pour recevoir notre newsletter :
Inscrivez-vous